AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sarah ✘ I just can't let you in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible.
MessageSujet: Sarah ✘ I just can't let you in Dim 1 Déc - 14:16

Sarah & Nolan ❥ I just can't let you in.

Le temps était clair à Darwin ce matin et j'en avais profité pour sortir faire un footing. Le sport était devenue une échappatoire plutôt correct pour évacuer les sentiments confus et violents que j'accumulais en moi depuis la mort d'Elyne. Son décès me hantait toujours, bien que trois longues années étaient passées depuis ce tragique événement. Je n'arrivais juste pas à m'en remettre. J'avais vécu trop longtemps à ses cotés, et j'avais fait trop de projet avec elle pour tout oublier du jour au lendemain. A vrai dire, je ne voulais pas oublier, je gardais ma peine et ma douleur dans chaque parcelle de ma chair, pour me rappeler à quel point j'avais été chanceux de la trouver, de l'aimer et d'être aimé. C'était certainement stupide, mais c'était pour le moment, le seul moyen que j'avais trouvé pour continuer à avancer.
Enfilant un survêtement et des chaussures de sport, je branchais mes écouteurs sur mon téléphone avant de quitter l'appartement où je vivais avec mes colocataires. Ce style de vie était totalement opposé à tout ce que j'affectionnais. C'était du bruit en permanence, des rires, des paroles, de la musique, c'était tout un monde que je n'avais plus l'habitude de fréquenter moi qui m'était enfermé longtemps dans une bulle. Mais cela me faisait du bien. C'était pour ça après tout que j'avais choisi une collocation. Pour essayer de ne pas penser à chaque instant à ma douleur passé. Claquant la porte, je descendis les escaliers quatre à quatre commençant déjà mon footing.

Je me laissais porter par mes pas, sans réfléchir. C'était le plus important et ce qui me faisait chaque fois revenir au sport. Se vider l'esprit c'était l'essentiel pour moi, le reste était sans importance. La musique a fond dans mes oreilles, je n'entendais rien d'autres que les paroles de cette chanson de Maroon 5. One more night. Partout où j'allais Elyne me suivait, que je le veuille ou non. Me laissant guider par mon instinct, je laisse le vent faire voler mes boucles cuivrés, avant de sentir cette odeur iodée très familière. Je devinais alors que j'arrivais prêt de la plage. A cette heure matinale, il n'y avait pas grand monde et c'était aussi bien comme ça. Ainsi cela me permettrait simplement de profiter du paysage et d'apprécier ces petites choses simples de la vie. Poursuivant ma course, et un peu perdu dans mon monde comme toujours, je ne fis pas spécialement attention à ce qui se trouvait  devant moi. Et c'est ainsi que je finis par rentrer dans quelqu'un d'autre. Le choc me fit rapidement revenir à la réalité et j'enlevais immédiatement mes écouteurs pour m'excuser. «  Désolé, j'ai pas.... ». Je m'interrompis dans ma phrase, reconnaissant la demoiselle qui se trouvait face à moi. Quelque semaines plutôt, j'avais eu un accident de voiture, elle m'avait plus précisément rentrer dedans. Aussitôt, mon visage se ferma. Non seulement elle avait provoqué notre accident, mais en plus, elle avait quelque chose qui m'agaçait profondément. Quoi, je n'en avais aucune idée. Mais elle m'énervait. « Toujours aussi douée pour me rentrer dedans à ce que je vois », finissais je par lâcher plutôt froidement. Je n'avais aucune envie d'être là.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible.
MessageSujet: Re: Sarah ✘ I just can't let you in Lun 2 Déc - 10:21





❝i just can't let you in.❞
holding on and letting go, ross copperman.
✩ ✩ ✩ ✩ ✩ ✩


Elle était dans un mauvais jour. Le genre de journée qui se terminait souvent par une bouteille de vin et un bon drama. Le genre de journée qui arrivait de plus en plus souvent à Sarah. Ce n'était pourtant pas son genre, la déprime. Non, la déprime ne la connaissait pas. C'était ce qu'ils disaient tous. Sarah, la journaliste au sourire magique. Sarah la rigolote, Sarah qui n'avait pas sa langue dans sa poche. Elle n'était qu'une boule de joie, un soleil en plein hiver. Et pourtant. Elle était dans un de ses mauvais jours, ceux où elle recevait un appel de son père afin de lui rappeler que demain était un jour spécial. Comme si elle pouvait oublier. Voilà quatre ans que sa mère avait succomber à la maladie, laissant derrière elle l'unique personne qui l'avait toujours déçue. Sarah n'était jamais assez bien, jamais assez brillante, jamais assez parfaite. La brune n'avait connu qu'une mère affreuse, une femme froide et dure. Et pourtant, c'était pour elle qu'elle était venue à Darwin. Pour comprendre, trouver des réponses. Savoir comment elle était devenue ainsi. Les origines de Sarah se trouvaient bien loin de la capitale, elles étaient ici, à Darwin. Elle marchait sur les pas de sa mère, en quête d'une reconnaissance qu'elle savait perdue depuis bien trop longtemps. C'était utopique, oui, de croire qu'en venant ici Sarah pouvait défaire le passé et découvrir une autre personne que celle qu'elle a connu en le nom de mère. Et visiblement, ça ne fonctionnait pas. Elle était toujours Sarah, la fille déchue, celle qui n'avait jamais été assez bien aux yeux de sa mère. C'était tout ce qu'elle avait en tête ce matin-là. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, alors qu'elle s'éveillait sur un soleil radieux. Elle pensait déjà à  passer sa journée dans son lit rideaux fermés, quand ses yeux se posèrent sur ses baskets. L'appel de la course. Une vraie drogue. Elle se savait incapable de passer la journée à faire ce qu'elle arrivait si bien à faire les autres jours ; jouer la comédie. Et finalement, une journée au lit ne l'attirait pas tellement. Non, ce dont elle avait besoin, c'était de se vider la tête. Et elle savait par expérience qu'il n'y avait rien de mieux que la course pour cela. Alors elle enfila son habille de sportive et mit le volume de son Ipod au plus haut. C'était ça. Ne plus pouvoir penser, n'avoir qu'en face de nous qu'une longue ligne interminable. Ses pieds ne semblaient même pas toucher le sol. Elle volait vers la plage, son terrain favoris. Son talon s'enfonçait dans le sable mouillé alors que son regard se tournait vers l'horizon maritime. C'était sûrement la plus belle vue de la ville. L'espoir d'évasion. Ses yeux ne pouvaient se détacher du spectacle, jusqu'à ce qu'un choc la fasse revenir à la réalité. Son Ipod tombait par terre et elle se baissait déjà alors que son nouvel interlocuteur s'excusait. « Non c’est moi, excusez-moi je ne regardais pas… » Elle se relevait et posa enfin les yeux sur l’homme. Il paraissait aussi surpris qu’elle. Elle l’avait rapidement replacé ; c’était le fou qui s’était énervé contre elle pour un simple accrochage en voiture. Elle n’était pas vraiment pressée de le recroiser, mais visiblement, le destin s’amusait à la tourmenter ce jour-là. Fidèle à elle-même, et voulant  toujours croise qu’il y avait une part de bon dans chacun, elle lui sourit. Mais son sourire disparu bien vite à ses nouvelles paroles. « Quoi ? Mais vous ne regardiez pas devant vous non plus ! » Elle levait un doigt accusateur devant le jeune homme. Avec lui, tout était toujours de sa faute. C’était trop facile. Elle ne savait pas si il était ainsi avec tout le monde ou si elle était la joyeuse chanceuse à devoir subir sa mauvaise humeur. « Qui sait, vous êtes peut-être bien un psychopathe cherchant à m’enlever. Ca ne m’étonnerait même pas. » Il avait le don pour l’énerver. Elle faisait tout, tout pour qu’il l’apprécie. Elle avait reconnu ses tords lors de l’accident, elle avait tout prit en charge. Et elle n’en avait même pas tiré un sourire. Elle sentait qu’il ne l’aimait pas, et bien trop occupée pour chercher à lui faire changer d’avis, elle se contenta de croiser les bras tout en levant un sourcil interrogé vers lui.


Spoiler:
 

_________________

— STILL SLEEPING LIKE WE'RE LOVERS. —
cold smoke seeping out of colder throats. darkness falling, leaves nowhere to go. it's spiralling down, biting words like a wolf howling. hate is spitting out each other's mouths, but we're still sleeping like we're lovers. still with feet touching, still with eyes meeting. still our hands match, still with hearts beating. and we’re still sleeping like we’re lovers. (sarah)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible.
MessageSujet: Re: Sarah ✘ I just can't let you in Dim 8 Déc - 14:03

Sarah & Nolan ❥ I just can't let you in.

Le footing était vraiment la chose qui me permettait de me vider la tête, de tout oublier. Chaque fois que j'avais la tête trop pleine de mes soucis personnels ou de mon boulot, j'enfilais mes baskets pour aller courir. Et c'est une fois de plus ce que j'avais fait, lorsque j'avais senti que j'allais me morfondre toute la journée si je ne sortais pas. Elyne hantait mes pensées chaque jour, mais aujourd'hui j'avais l'impression que c'était encore pire que d'habitude. C'est pour cela que j'avais mis ma musique à fond sur mes oreilles. A tel point que je n'entendais rien de ce qui m'entourait et que dans un moment d'inattention, je percutais un autre joggeur. Enlevant aussitôt mes écouteurs, je commençais à m'excuser lorsque je réalisais que la jeune femme que j'avais percuté, était aussi celle qui avait embouti ma voiture quelques semaines auparavant. Je me souvenais très bien d'elle, son visage m'avait marqué, surtout ses yeux accrocheurs. Quoique pour une raison obscures, j'éprouvais envers elle, une colère irrépressible. Un petit quelque chose en elle me poussait être encore plus renfermé, plus bougon qu'avec n'importe qui... Et une fois de plus cela ne manqua pas de marcher. Alors que je m'apprêtais à m'excuser, je m'arrêtais brusquement pour lui reprocher ouvertement de m'être rentré dedans alors que bien entendu la faute était partagé par nous deux.

Même son sourire ne m'avait pas arrêté. Alors même qu'elle était sans doute prête à faire un effort et à oublier la façon dont je l'avais traité quelques semaines plutôt, je ruinais toutes les chances d'apprendre à la connaître. De toute façon à quoi bon chercher à la connaître, elle ne m'intéressait pas et je n'en avais pas envie. Non. Si je m'étais écouté, j'aurai même été plus loin et partant sans le moindre mot. Cette fille m'énervait à s'insinuer par les jeux du destin dans ma vie et je n'avais qu'une hâte : partir. Oui mais voilà, c'était sans compter, sur le mordant de la jeune femme qui n'avait visiblement pas sa langue dans sa poche. « Quoi ? Mais vous ne regardiez pas devant vous non plus ! » aboya-t-elle en levant un doigt accusateur vers moi. Ce qui eut le mérite de me mettre davantage sur les nerfs. Je détestais me faire traiter comme un gamin de cinq ans. Ma mère était suffisamment chiante quand elle s'y mettais, je n'avais pas en plus besoin de me faire rouspéter pour les autres personnes que je pouvais rencontrer dans ma vie. Je m'apprêtais à répliquer de façon froide et cinglante, mais le moulin à parole qui se trouvait devant moi, ne m'en laissa pas le temps. A peine eus je entre ouvert la bouche, qu'elle se remit à parler. « Qui sait, vous êtes peut-être bien un psychopathe cherchant à m’enlever. Ca ne m’étonnerait même pas. ». Je levais les yeux ciel en soupirant. Qu'avais je dont fait pour avoir mériter ça ? Si c'était parce que j'avais pas remis un rouleau de PQ dans les WV hier, Dieu avait un façon bien sévère de me punir. « Si j'étais un psychopathe qui cherchait à enlever quelqu'un, tant qu'à faire j'éviterai de kidnapper la fille la plus insupportable de la terre. » rétorquais-je agacé. Bordel était ce si compliqué de me foutre la paix. Pourquoi n'était-elle pas partie comme n'importe qui l'avait lorsque je l'avais envoyé balader une fois de plus ? Pourquoi fallait-il que notre seul et unique point commun, soit le fait que nous soyons aussi têtu l'un que l'autre ? Car il était sur que dans cette histoire, aucun de nous ne lâcherai l'affaire. Ce qui m'emmerdait encore plus. « Vous n'êtes pas le centre de la terre, figurez vous. J'ai certainement bien à mieux à faire que de vous enlever, surtout une casse pied comme vous. Ca me serait d'aucune utilité. » finis je finalement par cracher. Elle me tapait sur le système à croire qu'elle était le centre du monde. J'avais assez de problèmes comme ça, sans avoir besoin d'en rajouter en plus.

Et sans dire un mot de plus, sans un salut, sans un sourire, sans même lui adresser un regard, je repris ma route. Je n'étais habituellement pas du genre à laisser tomber quelque chose, mais je préférais encore faire opposition à mon caractère plutôt que de rester une minute de plus avec. M’apprêtant donc à remettre mes écouteurs, je passais devant la brunette, prêt à reprendre mon jogging pour oublier cette affreuse rencontre.

©️flawless


Spoiler:
 

_________________

Love is a malefic poison, it destroys me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sarah ✘ I just can't let you in

Revenir en haut Aller en bas

Sarah ✘ I just can't let you in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Sarah Peverell
» Le GOP a depense 150.000$ pour habiller Sarah Palin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue a Darwin :: Koroka Nature Reserve ::  Mindil Beach -